Accueil Thématiques Énergie et environnement Air, déchets... Transports : qualité de l’air, Plans de déplacements entreprises

Transports : qualité de l’air, Plans de déplacements entreprises

Intervention d'Estelle Cochard

 

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, chers collègues, par les ambitions exprimées dans la communication « transporter mieux, transporter plus », la Région Centre Val de Loire prend clairement ses responsabilités et réalise de véritables avancées en ce domaine.

Nous, écologistes, proposons un triptyque en ajoutant le « transporter écologique ».

En effet, rappelons que la qualité de l’air en France est à l’origine de 48 000 décès/an soit plus de 13 fois plus que les accidents de la route par exemple et un coût sanitaire des particules fines PM10 de 20 à 30 milliards par an.

La semaine dernière en Eure et Loir, Lig'Air, l’association régionale chargée de la surveillance de la qualité de l’air en région Centre-Val de Loire et plus gravement en Eure-et-Loir a informé que les seuils d’alertes à l’ozone étaient dépassés les 19 et 21 juin donnant lieu a des recommandations de la Préfecture en raison de la mauvaise qualité de l’air.

Pour rappel, l’ozone contribue à l’effet de serre, il est néfaste pour les cultures agricoles (baisse des rendements et l’ozone provoque des irritations oculaires, des troubles respiratoires surtout chez les enfants et les asthmatiques.

Ces épisodes sont de plus en plus fréquents ; il y a donc urgence à agir.

Comme l’a rappelé Charles Fournier, le réseau existant est suffisamment dimensionné. L'objectif souvent affiché d'une infrastructure nouvelle est d'absorber une affluence de pointe effective de 1 à 2 heures par jour. La construction de nouveaux équipements autoroutiers-tel que le projet de mise en concession autoroutière de la N154 en Eure-et-Loir-qui immédiatement freine les reports modaux et irriguent de façon très hétérogènes les territoires et créent des inégalités sur les territoires. Le réseau routier ne relevant pas de sa compétence, la Région ne doit ni porter, ni cofinancer de nouvelle infrastructure routière. Il ne nous semblerait pas raisonnable de définir à l’occasion du SRADDET des « itinéraires d’intérêt régional » qui pourraient ouvrir ensuite la voie à un financement… Légion seront ceux qui viendront taper à la porte de la Région. Nous serons évidemment vigilants là-dessus.

L’action de notre Région en termes de transport doit être tournée vers le développement de l’intermodalité ainsi qu’une offre d’information instantanée multimodale et les services de mobilité basés sur les réseaux intelligents.

Nous proposons aussi la création d’une instance de concertation dans chaque région avec les parties prenantes pour débattre notamment de schémas régionaux et interrégionaux de l’intermodalité.

Notre Région pourrait aussi-de par les relations privilégiées entre  l’agence Régionale DEV’up et les entreprises d’un territoire-dans chacun des départements, promouvoir et accompagner la généralisation des Plans de Déplacements d’Entreprises (ou inter-entreprises) ou Plan de déplacements d’administration par voie négociée.

« Transporter mieux »

C’est aussi rendre accessibles l’ensemble des modes de transport aux PMR (personnes à mobilité réduite) et assurer leur continuité dans la chaine de déplacement.

C’est aussi permettre à toute personne d’accéder à un transport en commun quand bien même il s’agirait du transport scolaire qui lui a pour avantage d’irriguer les territoires et de pouvoir y embarquer des vélos, trottinettes…et de bénéficier de tarifs différenciés suivant son statut excepté pour les scolaires pour lesquels c’est gratuit !

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, nous saluons ces 10 ambitions stratégiques et proposons, vous le constatez d’être encore plus ambitieux.