Accueil Archive
  1. Problèmes de sûreté à la centrale nucléaire de Belleville : passons aux énergies renouvelables !

    Problèmes de sûreté à la centrale nucléaire de Belleville : passons aux énergies renouvelables !Dans un communiqué publié le 13 septembre, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) annonce qu’elle « a décidé de placer sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher (18) ».  Il s’agit d’une procédure très rare, qui est déclenchée pour la troisième fois dans notre région, après Dampierre (Loiret) en 2006 puis Chinon (Indre-et-Loire) en 2013-2015. A Belleville, l’ASN a recensé 8 événements significatifs en 2016, « en particulier ceux ayant pour origine un défaut de surveillance dans la conduite des réacteurs ». …

  2. Contrats aidés : il est encore temps pour le gouvernement de faire marche arrière

    Contrats aidés : il est encore temps pour le gouvernement de faire marche arrièreCommuniqué des groupes de la majorité au Conseil régional Centre-Val de Loire     En plein été, sans concertation avec les représentants des secteurs concernés, le gouvernement d’Édouard PHILIPPE reconnaissait vouloir geler les signatures des « contrats aidés » afin d’en diminuer le nombre. En 2015, à l’échelle du Centre-Val de Loire, ce sont près de 15 000 de ces contrats qui ont permis à des personnes, jeunes ou moins jeunes, pas ou peu qualifiées, de retrouver le chemin de l’emploi. Loin d’être parfaits, ils ont le mérite d’orienter de nombreuses personnes vers des emplois valorisants sur le plan individuel et utiles à la société. …

  3. Échos de la session des 29 et 30 juin 2017

     Les vœux présentés par le groupe écologiste :  Adoption d’un vœu pour la territorialisation Contribution Climat Energie Une Contribution Climat Energie (CCE) a été mise en place en France en 2014 par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Mais en 2016, l’essentiel de ses recettes a servi à financer le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE)…  Pour donner du sens à cette fiscalité carbone, le groupe écologiste a initié un vœu demandant qu’une part du produit de la CCE soit dorénavant affectée aux Régions et aux Intercommunalités, qui se sont vues transférer ces dernières années de nouvelles compétences en matière de climat, d’air et d’énergie… mais sans aucun transfert de moyens. La lutte contre le dérèglement climatique, avec ou sans Donald Trump, se gagnera à l’échelle des territoires !Lire le vœu adopté  Rejet d’un vœu pour la remise à plat du projet de restructuration du CHRU de Tours Notre groupe a aussi présenté un vœu demandant à la ministre de la santé, Agnès Buzyn, que soient étudiées toutes les options de restructuration du Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, avec une réelle concertation des usagers et du personnel afin de pouvoir s’appuyer sur les expertises d’usages pour contribuer à une réelle amélioration de la qualité du service public hospitalier. Si la restructuration devait conduire le CHRU à quitter le site de Clocheville, un hôpital pour enfants à vocation régionale devrait absolument être maintenu, sans perte de qualité de service (accueil des enfants et des parents, locaux et personnels dédiés). Enfin, dans tous les cas, le risque d’inondation doit être pris en compte dans les futurs aménagements.Lire le vœu rejeté  Les dossiers débattus lors de cette séance plénière :  Bilan de l’année 2016 : rapport d’activité et de développement durable, compte administratif« 2016, première année complète de la mandature régionale en cours. le rapport d’activité s’organise donc globalement en fonction des axes de l’accord de majorité qui a été conclu fin 2015 entre la liste conduite par François BONNEAU et la liste Ecologistes, Citoyens et Solidaires. »Lire les interventions de Charles Fournier, Benoît Faucheux et Jean-Philippe Grand. Budget 2017 : première décision modificative« Cette DM permet de renforcer les politiques régionales dans un certain nombre de domaines d’ici à la fin de l’année 2017 ou de les inscrire dans la durée avec l’ouverture d’un volume important d’autorisations de programme et d’autorisations d’engagement. »Les écologistes ont déposé des amendements qui ont été rejetés.Le premier proposait de remplacer une dépense de 1 million d’euros prévue pour aménager, au bénéfice du groupe Servier, une zone d’activité à Gidy (Loiret), par un appel à projets régional doté du même montant pour réhabiliter les friches industrielles.Lire l’amendementNotre second amendement consistait à étudier la possibilité de mettre en place un réseau de Trains à Haut Niveau de Service (THNS) plutôt que de continuer à entretenir le mirage du POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon).Lire l’amendement Lire l’intervention de Jean-Philippe Grand. Aides aux entreprises : bilan des aides versées en 2016 et réorganisation des dispositifs « Le rapport présenté en session n’est pas que le simple bilan habituel des aides économiques. Il vient entériner le cycle engagé il y a plus d’un an concernant l’élaboration du SRDEII. Ce rapport présente, au-delà du bilan des aides économiques, une réorganisation complète du système d’aides régionales, ainsi que les modalités d’intervention des différents cadres… » Lire les amendements présentés par le groupe écologiste et qui ont été rejetés. Il s’agissait d’une part de conditionner les aides régionales aux entreprises ayant un écart maximum de rémunération de 1 à 20 ; d’autre part de maintenir l’exigence d’une performance énergique supérieure de 10 % à la Règlementation Thermique 2012 pour soutenir la construction d’hébergements touristiques.Lire les interventions de Michelle Rivet, Benoît Faucheux, Christelle de Crémiers et Gérard Nicaud. Agriculture : adaptation des CAP filières aux enjeux de la transition agro-écologique« Nous saluons la priorité affichée de faire de notre Région une région pionnière et engagée dans la transition agro-écologique. Cette priorité devra s’appliquer aussi à la recherche et l’innovation, privilégier  l’agronomie  et s’attacher aux problématiques du changement climatique ».Lire les interventions de Michelle Rivet, Benoît Faucheux et de Christelle de Crémiers. Alimentation : préparation d’une stratégie régionale 2017-2021« Quelle est la réalité de notre alimentation ? La réalité est qu’elle a atteint, sous l’impulsion de plusieurs facteurs, notamment ceux qui ont été signalés ce matin, un niveau jamais atteint dans l’artificialisation et la standardisation. Les liens essentiels entre ceux qui produisent et transforment la nourriture et ceux qui la consomment sont profondément cassés. »Lire les interventions de Christelle de Crémiers, Gérard Nicaud, Alix Téry-Verbe et Jean-Philippe Grand. Formation professionnelle et orientation : adoption du Contrat de Plan Régional (CPRDFOP)« La formation peut être un élément majeur d’une grande ambition de transformation sociale : en donnant à chacune et à chacun les moyens d’avoir prise sur sa propre histoire, en luttant contre les inégalités et les exclusions, en retissant le lien entre les générations, en s’inscrivant dans la perspective d’un vrai partage du travail, en accompagnant la nécessaire transition écologique de notre économie. »Lire les interventions de Charles Fournier et Estelle Cochard. Mobilité : nouvelles compétences, nouvelles ambitions« La mobilité est un droit, qui aujourd’hui n’est pas respecté : isolement des territoires ruraux et des petites villes, inégalités entre les citoyens de notre région devant les transports publics. Ce sera le travail à mener dans le cadre du Schéma régional des infrastructures et des transports et du Schéma régional de l’intermodalité qui seront intégrés au futur SRADDET. »Lire les interventions de Charles Fournier, Estelle Cochard et Gérard Nicaud. Numérique : adoption d’une stratégie régionale des usages et des services« La révolution numérique apporte de nombreux progrès, elle porte aussi un certain nombre de risques : marchandisation de nos vies privées, affaiblissement des barrières intimes, dépendance technologique, concentration financière de grands groupes data (Google, Microsoft ou Apple…), addiction aux réseaux sociaux et aux jeux pour une partie croissante de la population… »Lire les deux amendements adoptés à l’initiative du groupe écologiste : l’un pour intégrer la dimension de prévention des risques (électro-sensibilité, addiction, etc.) ; l’autre pour soutenir des évènements de promotion des solutions libres auprès du grand public, des professionnels, des associations et des pouvoirs publics.Lire les interventions de Charles Fournier, Sabrina Hamadi et Benoît Faucheux. Pour une ambition culturelle partagée« De l’importance de renforcer l’accompagnement des acteurs culturels, d’améliorer l’accessibilité, de soutenir une économie culturelle coopérative et solidaire ainsi que l’enjeu d’une gouvernance équitable favorisant la co-élaboration… »Lire les interventions de Sabrina Hamadi, Charles Fournier et Alix Téry-Verbe. Adoption du schéma de promotion des achats publics responsables« La commande publique représente entre 10 et 15 % du PIB de la France, elle constitue donc un formidable effet de levier pour montrer l’exemple et mieux intégrer le développement durable dans la société. »Lire les interventions de Jean-Philippe Grand et d’Estelle Cochard.   …

  4. Soutenir le développement de l’agriculture biologique tout en confortant les surfaces déjà converties

    Soutenir le développement de l’agriculture biologique tout en confortant les surfaces déjà convertiesLes aides à la conversion et au maintien en agriculture biologique sont financées dans le cadre du FEADER, fonds européen qui constitue le deuxième pilier de la Politique Agricole Commune (PAC). Elles font l’objet d’une mesure dédiée du Programme de Développement Rural Régional (PDRR), selon des principes similaires aux Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC). …

  5. SCIC « Ohé » à Tours : la Région souscrit 1 000 parts sociales

    SCIC « Ohé » à Tours : la Région souscrit 1 000 parts socialesCe matin, la commission permanente du Conseil régional a approuvé la participation du Conseil régional Centre-Val de Loire, dans le cadre du dispositif « A vos ID », au capital social de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) « Ohé ». Concrètement, 1 000 parts sociales d’une valeur de 100 €, ce qui représente 100 000 €. …

  6. SCIC « Ohé » à Tours : la Région souscrit 1 000 parts sociales

    SCIC « Ohé » à Tours : la Région souscrit 1 000 parts socialesCe matin, la commission permanente du Conseil régional a approuvé la participation du Conseil régional Centre-Val de Loire, dans le cadre du dispositif « A vos ID », au capital social de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) « Ohé ». Concrètement, 1 000 parts sociales d’une valeur de 100 €, ce qui représente 100 000 €. …